L'hémodialyse (HD)
Le principe de la dialyse est ancien et très simple :
on met le sang au contact d'une membrane très fine qui permet le passage des petites substances et de l'eau ; de l'autre côté de cette membrane circule un liquide appelé dialysat, qui a une composition proche de celle du sang, mais sans les déchets. Le sang va alors se débarrasser de toutes ses substances toxiques et se chargera au contraire de calcium ou de bicarbonate, venant du dialysat. Les échanges se font par "osmose". On peut utiliser une membrane artificielle : c’est l’hémodialyse, ou la membrane naturelle du péritoine qui tapisse nos intestins, c’est la dialyse péritonéale. C’est avec le médecin et l’équipe soignante que tu pourras discuter du choix du type de dialyse. Il est possible de passer de l'un à l'autre, si l'un se trouve inefficace ou mal adapté à ton mode de vie. Les deux sont compatibles avec une transplantation rénale par la suite.

 
La technique de l’hémodialyse est devenue très performante avec des membranes de plus en plus efficaces et "biocompatibles". Les appareils règlent la fabrication du dialysat et le déroulement de la séance dune manière automatique, grâce à une électronique et à des programmes informatiques toujours plus adaptés. Les capacités d'épuration sont très puissantes, ce qui permet de ne faire que trois séances par semaine, chacune durant 4 à 5 heures.
 
Mais il y a deux impératifs incontournables :
 
1. il faut pouvoir avoir accès au sang très régulièrement et avec un débit suffisant. Pour cela, il faut créer sur le bras une "fistule artério-veineuse" : le principe consiste à mettre une veine au contact d'une artère, ce qui va la faire dilater et la rendre plus solide. Cela nécessite une petite opération qui permettra à la veine d'être piquée facilement. Cela ne te gênera pas mais essaie de ne pas la cogner et de ne pas t'endormir dessus !
Le chirurgien va faire communiquer une artère et une veine. C'est çà la fistule. On fait une petite porte dans une veine, et une autre dans l'artère à côté. Le sang dans l'artère coule comme un torrent, et va beaucoup élargir le petit ruisseau qui coule dans la veine. Bien sûr, on coud les deux portes ensemble... et cela fait une porte de communication. Quelque temps après, la veine va gonfler et devenir plus solide. elle pourra être piquée facilement.

 

 
2. Entre les séances, il faut maintenir un régime et prendre des médicaments.
 
Comment ça marche ?
L’hémodialyse permet d'épurer le sang à travers une membrane artificielle.
Elle nécessite 3 éléments :
1. le dialyseur ou rein artificiel dans lequel il y a la membrane de dialyse sous forme de fibres creuses, ou de plaque. Dans le dialyseur, le circuit sang et le dialysat sont séparés par la membrane.
2. le circuit sang : il y a un tuyau qui amène le sang dans le dialyseur ("ligne artérielle" sur laquelle il y a une pompe) et un tuyau qui ramène le sang à ta fistule (ligne veineuse sur laquelle il y a un piège à bulles).
Ces tuyaus sont reliés à des aiguilles qui ont été piquées dans ta fistule en début de séance. Pendant la séance, tu reçois un traitement pour fluidifier ton sang et éviter qu'il ne coagule dans le circuit (Héparine qui est injectée dans le circuit). A la fin de la dialyse, on te remet tout le sang qui est dans le circuit.
3. le dialysat : c'est un liquide qui a une composition proche de ton sang et qui est fabriqué par une machine (générateur de dialyse). Il va circuler dans le dialyseur et va se charger petit à petit de ton urée, phosphore, créatinine... La machine permet aussi de régler son débit, sa température et elle contrôle la quantité d'eau que tu dois perdre (ultrafiltration).
Enfin, elle surveille le bon déroulement de la séance.

 

 

modifier cette page