La dialyse péritonéale (DP)
Le principe est le même que pour l'hémodialyse, mais on utilise, la membrane naturelle du péritoine. Elle tapisse tout notre tube digestif Si l'on met un petit tuyau dans l'abdomen, il est possible d'injecter un liquide de dialysat stérile, qui va, petit à petit, se charger de tous les déchets. Si on renouvelle ce liquide très régulièrement, la technique sera efficace pour épurer l'organisme.
 

 
Pour que la dialyse fonctionne correctement, il y a plusieurs impératifs :
- Garder un petit tuyau dans le ventre, appelé le cathéter de dialyse. Il faut en prendre soin pour éviter qu'il ne s'infecte.
- Il est nécessaire de faire des échanges tous les jours. Cette technique a des avantages, même si elle est moins efficace ; elle est douce, elle épure en permanence, évite les à-coups de l'hémodialyse et elle se pratique à domicile. Le régime diététique peut être élargi dans bien des cas, mais il aura des contraintes spécifiques.

 
Il y a deux méthodes de dialyse péritonéale :
 
1. La Dialyse Péritonéale Continue Ambulatoire (DPCA) répartit les échanges tout au long de la journée et de la nuit.
Le liquide est introduit par gravité dans la cavité péritonéale, laissé en place quelques heures pour permettre sa diffusion, puis évacué, toujours par gravité. La prescription habituelle chez un adulte est de 4 échanges quotidiens. Le temps exclusivement consacré à l’introduction du liquide et à sa récupération est d’environ 2 heures par jour, sur la base des 4 échanges. L’avantage de la DPCA est d’être totalement manuelle. Elle peut être effectuée par le patient lui-même, ou si besoin avec l’aide d’une infirmière pour les changements de poche pour les personnes âgées, dépendantes ou ayant des problèmes de vue.

 

 
2. La Dialyse Péritonéale Automatisée (DPA), réalise les échanges la nuit, par l’intermédiaire d’une machine
Les dialyses sont effectuées à l’aide d’un cycleur, qui introduit et draine la solution de dialyse permettant la réalisation de 6 à 10 cycles au cours de la nuit. Le choix de la technique proposée au patient dépend de plusieurs facteurs : son âge, son poids, sa fonction rénale résiduelle, des caractéristiques de sa membrane péritonéale, ses conditions de vie et ses possibilités physiques.
Il y a des précautions à prendre notamment en terme d'hygiène. Une formation en hôpital de jour au début permet d'apprendre facilement ces techniques. L'équipe médicale est joignable en permanence pour répondre à vos questions. Un bilan régulier est fait avec l'infirmière et le médecin. La qualité des échanges est mesurée et la technique est éventuellement adaptée.

 

 

modifier cette page